PREMIER VOL SENSATIONNEL DU JUNKERS F13 DE RIMOWA
DANS LES ALPES SUISSES

Le projet de reconstitution du Junkers F13 a atteint son apogée le 15 septembre 2016 avec le premier vol officiel de la réplique à Dübendorf, en Suisse, près de 100 ans après celui de l'original, « père de tous les avions commerciaux ». Un véritable Junkers F13 était là, prêt pour le décollage, créé dans le cadre du projet « RIMOWA F13 », afin de garder en vie l'héritage du visionnaire que fut le professeur Hugo Junkers.

L'avion avait fière allure sur l'aérodrome de Dübendorf, qui fut le premier aéroport de Zurich. Les spectateurs sont venus du monde entier pour admirer l'« Annelise 2 », un nom choisi en référence à l'un des premiers Junkers F13. Cette réplique du Junkers F13 est bien plus qu'une simple copie d'un vieux classique, il s'agit du premier avion commercial entièrement conçu en métal, qui inspira des générations de fabricants d'avions et ouvrit la voie à l'aviation commerciale moderne. Le 13 septembre 1919, l'original avait déjà atteint le record d'altitude de 6 750 m. Une performance incroyable à l'époque.


DÉCOLLAGE

Le Junkers F13 de RIMOWA s'est élancé doucement sur la piste, avant de prendre de la vitesse et de quitter finalement le sol au bout de 200 mètres seulement. Le moteur de l'avion offre une puissance de 450 chevaux et atteint une vitesse de croisière de 176 km/s. Sur l'aérodrome, des écrans diffusaient des images en direct de la cabine de pilotage. À la vue des commandes de bord, les spectateurs ont fait un véritable bond dans le passé, médusés de constater la modestie des technologies qui permettaient alors de voler. Si le modèle reconstitué dispose de bien plus d'équipements techniques que le cockpit du Junkers F13 historique, il est sans commune mesure avec les cabines de pilotage actuelles et leurs nombreux instruments et écrans.

Le Junkers F13 de RIMOWA a su véhiculer le même sentiment de liberté que l'original il y a 100 ans de cela. C'est le pilote de test Oliver Bachmann qui occupait le cockpit ouvert, accompagné de Dieter Morszeck, PDG de RIMOWA et pilote privé depuis 34 ans. Une seconde caméra montrait les manipulations maîtrisées du pilote de test, qui a su manœuvrer l'engin avec assurance. L'atterrissage s'est déroulé en douceur, tout aussi royal que le décollage, le Junkers F13 se rapprochant du sol dans un mouvement fluide, sous des applaudissements ininterrompus. En quittant le cockpit, c'est un Dieter Morszeck fier et émerveillé qui a commenté l'expérience : « Mon rêve est devenu réalité. Le Junkers F13 vole à nouveau et j'ai eu la chance de vivre le premier vol officiel au plus près, en tant que membre de l'équipage ! Que demander de plus ? »

MAKING-OF

De l'idée au baptême de l'air, sept années ont été nécessaires pour mener les travaux de recherche, de planification et pour obtenir les autorisations. Pour mettre sur pied un projet de cette dimension, trois partenaires d'envergure ont dû être réunis : JU-Air, l'association allemande des amis de l'histoire de l'aviation (VFL) et RIMOWA. C'est la VFL qui a initié l'idée, après quoi, l'équipe a entamé un périple dans l'histoire de l'aviation.

En 1919, Hugo Junkers, chef d'entreprise allemand et ingénieur visionnaire, passe commande de l'engin. La fabrication du premier avion à aile cantilever et entièrement métallique (en duralium) s'est poursuivie jusqu'en 1933 dans les usines Junkers de Dessau. Dieter Morszeck est chef d'entreprise à Cologne. C'est son père qui développa les valises fabriquées dans le même matériau voilà plus de 60 ans. Il se sentait donc lié au projet d'Hugo Junkers et n'a pas hésité à soutenir la reconstitution du premier F13 capable de voler. « Hugo Junkers a été le premier à utiliser le duralium pour construire des avions. Les rainures métalliques sont devenues un signe distinctif des modèles Junkers comme des valises RIMOWA, », explique Dieter Morszeck. « C'est pour cette raison que j'ai souhaité encourager et participer à la reconstruction d'un Junkers F13 en état de voler. J'ai eu envie de rendre au monde entier un bien culturel important, non dans un musée mais à sa place véritable : en plein ciel. »
Une équipe complète, se composant des entreprises Aero Technologies, MSW Aviation, Naef Flugmotoren AG, AeroFEM GmbH et JU-AIR, a travaillé pendant 24 mois à la construction du Junkers F13. Pour les plans de construction, l'équipe F13 de RIMOWA s'est plongée dans de nombreuses archives à travers le monde. Un modèle de Junkers JL6 exposé au musée de l'aviation parisien du Bourget s'est révélé particulièrement utile. L'appareil a été mesuré au laser afin de transposer les données collectées dans les logiciels de conception 3D les plus modernes.


FAITS ET CHIFFRES

Pour renaître, le Junkers F13 a nécessité 12 000 heures de fabrication au cœur de la forêt noire. Il se compose de 2 600 composants et de plus de 35 000 rivets, qui maintiennent en place ce monoplan à aile basse, doté d'un cockpit ouvert pour deux personnes. 60 kg de peinture ont été utilisés pour le peindre. Le modèle reconstitué fonctionne grâce à un moteur en étoile 450 chevaux Pratt & Withney Wasp Junior R985 à 9 cylindres. L'équipement intérieur luxueux est en cuir.

L'immatriculation est prévue pour 2016. Plus d'informations sur le Junkers F13 sur la page d'accueil www.junkersf13.de